I – Les facteurs

Les facteurs à l’origine de la disparition d’espèces

Menacés par la pollution, le réchauffement climatique, la disparition de leurs lieux de vie ou le commerce international, les animaux sont les premières victimes de la mondialisation. A l’avenir un animal sur quatre pourrait disparaître.
La disparition d’une espèce animale peut s’expliquer par de nombreux facteurs, principalement les facteurs humains et les facteurs naturels.

1- Les facteurs naturels

Dans un écosystème, les êtres vivants dépendent les uns des autres pour leur alimentation. Si l’écosystème est déséquilibré, la vie peut y être menacée. Les causes naturelles sont les météorites, les éruptions volcaniques, le refroidissement de l’atmosphère, le réchauffement climatiques.
Si ces espèces ne réussissent pas à survivre, c’est qu’elles ne peuvent pas s’adapter rapidement aux nouvelles conditions de l’environnement et laissent alors la place à d’autres espèces plus robustes. Il y a des périodes au cours desquelles de nombreuses espèces ont disparus en peu de temps.
Ces extinctions sont le résultat des activités d’une seule espèce parmi les millions de celles qui peuplent la Terre : l’homme.

I - Les facteurs 878821Image6
Chute de météorite

690526Image7
Eruption volcanique

2- Les facteurs Humains

La déforestation 

La déforestation est un phénomène qui touche toutes les forêts tropicales, en particulier en Amazonie, en Afrique équatoriale et en Asie du Sud-est. Chaque année, ce sont plus de 10 millions d’hectares qui disparaissent : une catastrophe pour la planète.
La forêt recule, toutes les deux secondes, la taille d’un terrain de football disparait, au bout d’un an, l’équivalent du quart de la France. Cette déforestation est dramatique, parce qu’elle met en danger des milliers d’espèces végétales et animales. Elle est responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre Parce qu’elle détruit le cadre de vie de centaines de millions de personnes.

780811Image8360698Image9

Forêts détruites par la déforestation

La pollution

La pollution est la destruction de la biotope par la présence de substances toxiques ou de radiation, qui perturbe l’écosystème. Cette pollution provoquée par l’homme, à crée un réchauffement climatique qui est la cause du changement du climat de la terre, de nouvelles maladies, des migrations de certaines espèces.
Ces pollutions, notamment celle de l’air, de l’eau et du sol sont les causes majeures de la disparition des espèces:
-La pollution atmosphérique concerne la dégradation de l’air que nous respirons par de multiples substances chimiques tel que le dioxyde de soufre (SO2), l’ozone, les oxydes d’azote (NO et NO2), les composés organiques volatils (COV) etc… La pollution atmosphérique est essentiellement le fait du transport. Elles sont principalement causées par le dégagement des pots d’échappements.
-La pollution de l’eau est due aux rejets ménagers directement dégagés dans celle-ci. Les phosphates polluent le cours d’eau par un phénomène appelé eutrophication : le cours d’eau est asphyxié par la prolifération d’algues pour qui le phosphate joue le rôle d’engrais. L’eau est polluée par les marées noires mais surtout par les rejets d’hydrocarbures des bateaux.

676302Image10
Pollution Atmosphérique

133033Image11
Pollution de l’eau

La chasse et la pêche

Les hommes ont toujours chassés et pêchés pour se nourrir. Mais la population a tellement augmenté que le nombre d’animaux sauvages ne suffit plus à alimenter tout le monde. L’élevage d’espèces domestiquées et l’aquaculture fournissent aujourd’hui à l’homme les protéines animales nécessaires, mais l’impact de ces activités gourmandes, notamment en espace et en pesticides, devient également une menace pour la survie de nombreuses espèces. Les animaux sont chassés pour leurs peaux, leurs dents, leurs écailles, leurs plumes ou leur graisse, juste pour fabriquer des habits, des chaussures, des bijoux, des produits de maquillage…Certains animaux sont également utilisés dans les laboratoires pour les recherches scientifiques. Mais il faut avouer que parfois ces sacrifices sont utiles car pour quelques animaux sacrifiés, des millions d’hommes sont sauvés.

La surexploitation des milieux

Au cours du temps l’homme a augmenté de manière croissante sa domination sur le milieu naturel en exploitant de plus en plus les espèces. C’est la troisième cause d’extinction des espèces sur terre. Le rythme actuel de consommation des ressources naturelles par l’humanité excède leur rythme de renouvellement selon une étude. La surexploitation peut concerner tout ou une partie de l’environnement ou un endroit particulier de l’environnement (la mer par exemple avec la surpêche ou la surexploitation d’algues). On distingue plusieurs catégories d’exploitation :

-La consommation par la chasse, la pêche ou la cueillette
-La commercialisation par la vente des animaux péchés ou chassés.
-Les collections. Les pays développés participent au pillage de la faune et de la flore pour la constitution de collections
-Les craintes ou superstitions. Cette catégorie représente soit les espèces exploitées pour leurs effets bénéfiques pour confectionner des « grigris » soit les espèces que l’ont détruit à cause de certaines croyances infondées (les chauves-souris par exemple )

L’introduction d’espèces

L’homme, de par ses multiples voyages à travers le monde, introduit volontairement ou non un grand nombre d’espèces animales et végétales dans la quasi-totalité des écosystèmes du globe. Les voyageurs ramènent, souvent sans le savoir, les graines d’espèces végétales accrochées à leurs vêtements. L’introduction d’espèces est parfois volontaire, pour des raisons économiques ou commerciales. Le ragondin et le rat musqué (américain à l’origine) furent importés en France dans le but de commercialiser leur fourrure. Ce fut un échec commercial et un grand nombre d’animaux furent lâché dans les rivières françaises. Heureusement, seul 1 % des espèces introduites parviennent à survivre et à s’implanter dans de nouveaux environnements. Pour que l’installation et l’invasion soient un succès, trois phases sont nécessaires : l’arrivée des premiers spécimens, l’implantation d’une population et la dispersion de l’espèce. Seules quelques espèces comme le ragondin ou l’écrevisse américaine parviennent à se créer une place dans les écosystèmes d’introduction.

894980Image12Ecrevisse pieds blancs
670661Image13
Ragondin

Le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique(réchauffement planétaire, ou réchauffement global) est un phénomène d’augmentation de la température moyenne des océans et de l’atmosphère, à l’échelle mondiale. La température de la surface du globe est susceptible d’augmenter de 1,1 à 6,4 °C au cours du XXIe siècle. Le réchauffement climatique influera sur les écosystèmes, en particulier en modifiant la biodiversité :
-bouleversements climatiques : inondation, incendies de forêt, sècheresse, insectes, acidification des océans ;
-changements mondiaux : changements d’affectation des sols (déboisement, barrage, etc.), pollution, surexploitation des ressources.
Le déséquilibre naturel qui s’en suivra pourrait entraîner la disparition de plusieurs espèces animales

Les espèces de trafic

Cornes de rhinocéros, ivoire d’éléphants…tous ces animaux souffrent d’un commerce illégal. Les acheteurs sont des collectionneurs d’espèces rares, des amateurs de manteaux de fourrure.

154933Image14
Eléphant d’Afrique

221811Image15
Rhinocéros

La génétiques

La diminution du nombre de représentants d’une espèce animale a pour conséquence une perte de diversité génétique. Plus le taux de consanguinité d’une espèce augmente, plus grande est la concentration de gènes anormaux, ce qui augmente les risques de maladies héréditaires et peut diminuer l’espérance de vie. De plus, certains polluants chimiques causent des altérations génétiques.

Laisser un commentaire




HOMO COMPLEXUS |
مركز... |
buetasoenologue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | samikk
| KERAI BOUDJEMAA
| 2011 - Année Internationale...